Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🖱️LE MILITANT D’EXTRÊME DROITE DIFFUSAIT LA PHOTO DE L’ENSEIGNANT DÉCAPITÉ AVEC UN FAUX PROFIL D’ISLAMISTE

octobre 25, 2020

– Manipulation raciste –

➡️ Vendredi 23 octobre à Toulouse, un militant d’extrême droite âgé de 20 ans a été condamné pour « apologie du terrorisme ». Sur un forum en ligne, il s’était fait passer pour un musulman et avait diffusé le la photo du professeur d’histoire atrocement assassiné et le message de revendication du tueur.

Lors de la comparution, Arnaud, 20 ans, a expliqué faire partie «d’une communauté de patriotes sur le forum» en question, et que «le sujet était destiné à provoquer». Après avoir créé un faux profil d’islamiste radical sur un forum, il y avait partagé le tweet de l’assassin de Samuel Paty. Son post était accompagné du commentaire : «Prof décapité : les gwers [terme péjoratif pour désigner les Européens blancs, NDLR], c’est quoi ça.» Assassins djhadistes et militants fascistes main dans la main pour alimenter la spirale mortifère des haines religieuses et ethniques.

➡️ Cet acte n’est pas isolé. En juin 2015, des militants du FN avait été arrêtés après des incendies de voitures dans la ville de Meaux. Cette bande d’extrême droite brûlait des voitures pour ensuite « dénoncer l’insécurité » et gagner des voix dans la ville. Parmi eux, Adrien, responsable départemental du Front national de Seine-et-Marne, qui avait inventé une agression, et avaient ensuite dénoncé « le climat d’insécurité ». 13 voitures brûlées avaient été « largement utilisé sur les sites [du militant] ».

➡️ En 2016, deux frères, militants néo-nazis, étaient arrêtés pour viol. 10 ans plus tôt, ces deux hommes avaient enlevé et violé une mineure de 12 ans à Vire, en Normandie, en s’appelant mutuellement par des prénoms « à consonance maghrébine » et disant devant leur victime être de nationalité tunisienne. L’affaire n’avait pas été résolue. Ce n’est qu’en 2014 que l’ADN « matche » avec un militant néo-nazi arrêté pour d’autres faits. En garde à vue, les frères reconnaissent les actes, expliquant avoir voulu « faire passer leur crime pour un acte anti-français ». L’aîné, déjà condamné pour apologie du nazisme, fréquentait les milieux ultra-nationalistes et portait sur le crâne et le corps des croix gammées tatouées.

L’instrumentalisation abjecte de la mort de Samuel Paty est un sinistre épisode de plus de manipulation raciste et sécuritaire mené par des fascistes, sur fond d’hégémonie médiatique des discours d’extrême droite.

25k
fb-share-icon171262
27k
Cette article a 1 182 vues
Lorem ut mattis odio commodo libero Aliquam